Au fil du temps

Avatar de l’utilisateur
axiste
Messages : 3192
Inscription : 09 mai 2008, 05:39

Nous sommes tous ailleurs sur la route de nos pensées...

C’est beaucoup d’émotions chez nous les humains.
Un tumulte intérieur qui empêche d’écouter.
Être dans l’écoute demande un silence intérieur.
C’est difficile quand les pensées déboulent en flux incessant.

Ça prend du temps à détecter ces pensées.

Au début on les suit, comme des montagnes russes elles nous emmènent dans un paysage vallonné, et hagards nous les suivons sans le savoir.
Puis on fait des bourdes... de distraction.
On est distrait parce qu’on n’entend pas, trop occupé à suivre les montagnes des pensées...on est happé dans leurs sinuosités.

Alors on revient là. Ici.
On a un bref instant de répit.

On est dans le silence qui tout à coup s’enfuit...
Et un nouveau train de pensées nous emporte une fois de plus, encore et encore...

On refait une bourde.
On n’entendait plus à nouveau.
On était dans les montagnes imaginaires...
C’est qu’on aime bien voyager.
On évite l’instant qui déroule, on navigue sur des crêtes de pensées...et on coule dans leur creux...

Puis on revient une nouvelle fois.
Cette fois, on a vu les pensées.

Leur train immense nous emporte encore, fuyant le présent.
Alors on revient, de mieux en mieux...de plus en plus souvent.

On aperçoit le silence.
On respire profondément.

Dans le silence on entend tout.
On perçoit mieux.

Les choses se posent.

Les pensées passent, on rate leur train.

Le silence fait du bien, rend le monde audible.

On accueille les sons qui passent...
On entend, on écoute enfin.

Effacement, disparition...

L’écoute est là.
Nous sommes l’écoute.

De plus en plus souvent nous disparaissons.

Au cœur de cet évanouissement nous apparaissons véritablement

Nous sommes l’écoute et ce silence

anjalimetta white lotus
Cinq clefs pour la parole correcte :
- dire au bon moment, prononcer en vérité, de façon affectueuse, bénéfique et dans un esprit de bonne volonté."
Avatar de l’utilisateur
Floch
Messages : 451
Inscription : 05 janvier 2018, 10:37

Magnifique !

anjalimetta
Avatar de l’utilisateur
tirru...
Messages : 2005
Inscription : 07 juin 2004, 19:30

Bonjour,

Merci Axiste pour ces mots qui font écho et rejoignent une réflexion sur Anatta (le non-soi) et Atta (le soi).

Axiste a écrit :Au cœur de cet évanouissement nous apparaissons véritablement

Anatta prend ici tout son sens débarrassé de tout ces Atta qui s'agglutinent autour de nous et que nous attirons par nos désirs, nos aversions, notre ignorance, en somme, nos créations volontaire ou non volontaire. Nous nous identifions aux pensées, nous les faisons nôtres, elles sont à nous, et de ce fait, nous créons Atta, le soi illusoire.

Axiste a écrit :De plus en plus souvent nous disparaissons.

An-atta, Non-atta, prend ici tout son sens...

Anatta Et Les Quatre Nobles Vérités a écrit :Ici, en occident, cette ancienne définition indienne du Soi n’a pas beaucoup de, voire aucun sens. Néanmoins, nous avons nos propres notions de ce qu’est le soi ou de ce qu’il devrait être. Ce sont en partie des héritages des idées occidentales de l’’Ame’, et en partie elles proviennent de la forte propension de l’être humain à s’identifier avec certaines choses qui se définissent comme étant le soi. Nous nous identifions à nos pensées, à nos sentiments, à notre conscience, notre volonté, nos caractéristiques personnelles ou à un sens de la continuité. Ces identifications peuvent être utiles lorsqu’elles sont légères et provisoires. Tenues fermement, elles sont limitatives. Si nous dépensons notre énergie à nous attacher à tout ce qui se définit par le soi, nous souffrirons tôt ou tard. Afin de trouver une paix constante et profonde, nous devons lâcher tout attachement ou toute fixation au soi.

Source


jap_8
------------------------------------------------------------------------------ Image Sabba danam dhammadanam jinati - Le don du Dhamma surpasse tout autre don ImageDhammapada
Avatar de l’utilisateur
axiste
Messages : 3192
Inscription : 09 mai 2008, 05:39

Merci pour le lien Tirru jap_8

Certains passages m’interpellent qui évitent saisies et qualifications.
Au contraire de la conception populaire, nous n’avons aucun enregistrement du Bouddha disant : « Il n’y a pas de soi ». Dans tous les volumes préservés des discours du Bouddha, un seul endroit mentionne quelqu’un demandant au Bouddha : « N’y a-t-il pas de soi ? ». Le Bouddha refusa de répondre à la question. La même personne demanda alors : « Y a-t-il un soi ? ». Le Bouddha refusa aussi d’y répondre. Ce que le Bouddha répéta c’est qu’aucun aspect particulier de notre être psycho-physique ne qualifie atta ou le Soi. Ni notre corps, ni nos sentiments, ni nos pensées, ni nos dispositions ni notre conscience.
Les enseignements du Bouddha sur le soi et le non-soi sont plus subtils et fascinants.
Les enseignements du Bouddha nous éloignent de la recherche du soi ou de la tentative de comprendre ou d’améliorer le soi. A la place, ils nous suggèrent de prêter attention à la peur, au désir, à l’ambition et à l’attachement qui motive la construction de l’identité du soi.
Prêter attention. Seulement cela. Il n’y a pas de soi défectueux ou pas. Éviter les spéculations.

jap_8
Cinq clefs pour la parole correcte :
- dire au bon moment, prononcer en vérité, de façon affectueuse, bénéfique et dans un esprit de bonne volonté."
Avatar de l’utilisateur
Floch
Messages : 451
Inscription : 05 janvier 2018, 10:37

tirru a écrit :Anatta prend ici tout son sens débarrassé de tout ces Atta qui s'agglutinent autour de nous et que nous attirons par nos désirs, nos aversions, notre ignorance, en somme, nos créations volontaire ou non volontaire. Nous nous identifions aux pensées, nous les faisons nôtres, elles sont à nous, et de ce fait, nous créons Atta, le soi illusoire.
Anatta Et Les Quatre Nobles Vérités a écrit a écrit :
Ici, en occident, cette ancienne définition indienne du Soi n’a pas beaucoup de, voire aucun sens.

L'article que tu mets en lien est très intéressant car il montre les différentes interprétations que nous pouvons donner au mot "soi".
Dernière modification par Floch le 12 juin 2020, 01:07, modifié 1 fois.
Avatar de l’utilisateur
bagadou
Messages : 50
Inscription : 21 août 2008, 20:48

Merci Axiste.
J'avais interprété ton écrit comme une description de la méditation et des difficultés qui s'effacent au fur et à mesure de la pratique assidue.
Image
Avatar de l’utilisateur
axiste
Messages : 3192
Inscription : 09 mai 2008, 05:39

Coucou Bagadou

On peut voir les mots sous cet angle, puisque pendant la méditation on est attentif aux pensées qui passent.

Dans une chronologie, les mots précédents sont nés après la discussion sur l‘autre fil.
Lorsqu’on évoquait l’écoute, juste eu le mouvement de noter ce qu’ils m’évoquaient et en particulier « l’écoute. »
Parce qu’elle permet de stopper l’écoulement des pensées justement.
Si on peut voir les mots sous l’angle de la méditation et en même temps d’une façon plus générale, c‘est sans doute parce que la méditation n’est pas séparée de la vie quotidienne, c’est le même mouvement qui déroule finalement...
Cinq clefs pour la parole correcte :
- dire au bon moment, prononcer en vérité, de façon affectueuse, bénéfique et dans un esprit de bonne volonté."
Avatar de l’utilisateur
Floch
Messages : 451
Inscription : 05 janvier 2018, 10:37

C'est comme ça que j'ai ressenti la poésie. Comme le chemin qu'on parcourt en méditation et ce silence qui s'installe peu à peu comme l'abandon de la saisie des pensées.
Avatar de l’utilisateur
Floch
Messages : 451
Inscription : 05 janvier 2018, 10:37

Abandon de la saisie
...

Abandon de chercher à comprendre
Abandon de chercher des réponses
Avatar de l’utilisateur
axiste
Messages : 3192
Inscription : 09 mai 2008, 05:39

Cinq clefs pour la parole correcte :
- dire au bon moment, prononcer en vérité, de façon affectueuse, bénéfique et dans un esprit de bonne volonté."
Répondre