Au moment de la mort, on perd la mémoire, quoi d'autre ?

Avatar de l’utilisateur
Circé
Messages : 594
Inscription : 21 novembre 2016, 18:54

Je relis en ce moment Walpola Rahula, un chapitre entier sur le soi, non-soi, ego, Atman etc....
Plus je lis moins je comprends, plus je me pose de questions, moins c'est clair.
Ted m'embrouille encore un peu plus avec son " être"...............
J'en viens à regretter le temps où j'étais catho-sans- me poser- de questions, je gobais tout avec enthousiasme.
Du coq à l'âne: je fais un break ,je pars pour un monde meilleur......................pas le paradis, seulement le Grand Duché, je vais vivre un temps chez mon fils.
A bientôt, chers Boubous.
ted

Circé a écrit :
12 janvier 2018, 10:06
Ted m'embrouille encore un peu plus avec son " être"...............
Cet être est indéfinissable. C'est un non-soi.
Nous ne sommes pas lui, mais il est nous...
Ce n'est pas une âme, ce n'est pas un atman, ce n'est pas un soi. C'est nous.

Un courant de consciences multiples qui scintillent, étincellent et disparaissent, renouvelées sans cesse, impermanentes... bref, c'est toi, quand tu ne râles pas... :)
D'ailleurs, c'est aussi toi quand tu râles...

Et puis j'ai rien inventé. On s'assied. On médite. Et on peut se souvenir de ses vies passées. Ce sont les textes les plus anciens du bouddhisme.
ted

Circé a écrit :
12 janvier 2018, 10:06
Plus je lis moins je comprends, plus je me pose de questions, moins c'est clair.
C'est pas des choses qui se comprennent par la lecture. :oops:
Il faut s'asseoir, lacher-prise et méditer.
C'est pas un dogme, même si ya des textes et des bouquins.
Avatar de l’utilisateur
Longchen
Messages : 1120
Inscription : 15 avril 2010, 12:25

ted a écrit :
12 janvier 2018, 09:43
(...) Les nihilistes qui s'ignorent devraient se méfier du bouddhisme. C'est pas pour eux. :) loveeeee white lotus jap_8
Humm, je ne pense pas être nihiliste, par contre en ce moment je suis dans une période où je manque d'enthousiasme pour reprendre ce qu'a dit Circé.
Et donc je ressens bien tout le côté détaché avec aussi la possibilité de mettre un point d'interrogation ici ou là sans que cela me pose trop de problème, mais côté "foi" il faudrait que cela revienne un peu, je dois l'admettre !
Enfin dans le bouddhisme il est question de confiance, on ne parle pas vraiment de "foi".
Je ne sais pas, je suis peut être sur une mauvaise pente Butterfly_tenryu
L’instant présent 🙏
Avatar de l’utilisateur
axiste
Messages : 3229
Inscription : 09 mai 2008, 05:39

Je pense aussi qu'on est comme une antenne.
Quelquefois on capte des trucs étranges.
On est comme dans une boite, et on ne voit pas grand chose
Quand un truc étrange passe, on interprète…
Ca nous rassure de tout expliquer.
Ca donne l'impression d'exister.
Si on se rappelle des vies, on se rappelle toutes nos illusions:
là où on croyait exister.

A quoi ça sert de se rappeler des vies passées ?

Quelquefois je me pose cette question.

Ce serait un peu comme dans cette vie quand on se rappelle un château de sable de notre enfance.

Ca donne l'impression d'exister. Une étrange épaisseur. Un courant de choses…

Cet enfant, on a envie de l'aimer. On l'aime, envers et contre tout. On se dit qu'on lui doit beaucoup. Si on fouille, on le trouve, souvent il crie quand on le voit.

On sourit…parce qu'on sait qu'il n'existe pas: déjà il disparait, il se transforme, on porte un autre regard sur lui, un peu moins ignorant, parce qu'il est réuni dans notre pensée. Il n'est plus cet enfant…

A chaque regard on tue cet enfant là.

La vie passée n'est pas très consistante.

Elle semble bâtie sur du sable.

La mort c'est peut -être un peu comme ça me dis-je…

On sort d'une boite en rentrant dans une autre…peut-être…en tous les cas, on nous met dans une boite quand on meurt et peut être qu'une autre boite prend vie, un autre corps encore, ou alors…

C'est comme les pensées qui s'emboitent... crysmiley :)

Peut-être qu'à notre mort nous perdons aussi notre ignorance... ?! Butterfly_tenryu
Cinq clefs pour la parole correcte :
- dire au bon moment, prononcer en vérité, de façon affectueuse, bénéfique et dans un esprit de bonne volonté."
ted

axiste a écrit :
12 janvier 2018, 13:33
Ca donne l'impression d'exister. Une étrange épaisseur. Un courant de choses…
Mais nous existons !
Faut pas confondre "absence de soi" et "absence d'existence".
Avatar de l’utilisateur
axiste
Messages : 3229
Inscription : 09 mai 2008, 05:39

C'était bien ce que je comprenais...sauf que, comme toute cette existence est impermanente, elle est comme un rêve:ça veut pas dire que ça n'existe pas, que nous n'existons pas, mais que tout est "spirituel."

Si l'univers n'est pas un objet (il est perçu), alors à quoi ça sert de le considérer comme de la matière ? Puisque tout est mental.

On ne peut -être conscient qu'à travers la matière (oui, nos agrégats)

Instant présent=on a photographie de l'atome, impossibilité de voir les choses ds leurs mvt dans l'infirment petit...

dans le macrocosme , on voit les planètes alors on a crée toute une science à partir de cette perception, mais c'est limité à ça

on découvre des choses parce qu'on les a créé avant, par la perception et la pensée

tt est esprit, le monde est une grde pensée

je vis , nous vivons ds un monde qui enseigne le contraire ...à l'université, partout dans la société
Cinq clefs pour la parole correcte :
- dire au bon moment, prononcer en vérité, de façon affectueuse, bénéfique et dans un esprit de bonne volonté."
ted

axiste a écrit :
12 janvier 2018, 16:47

tt est esprit, le monde est une grde pensée
Pas dans le bouddhisme ancien.
Il y a une part de matérialité qui est admise.


Chez les tibétains, des quatre écoles philosophiques Chittamatra, Vaibashika, Sautrantika et Madhyamika, je crois que l'école partisante du "tout est esprit" est le chittamatra (à vérifier).

La vue qui prédomine est celle d'une conscience intimement mêlée à la matière. C'est ce que Mathieu Ricard explique dans son livre : "l'infini dans la paume de la main".
Avatar de l’utilisateur
davi
Messages : 1135
Inscription : 28 février 2016, 11:38

C'est quoi cette part de matérialité ?
S'indigner, s'irriter, perdre patience, se mettre en colère, oui, dans certains cas ce serait mérité. Mais ce qui serait encore plus mérité, ce serait d'entrer en compassion.
Le Bouddhisme Le sutra du coeur603.WMA
Avatar de l’utilisateur
axiste
Messages : 3229
Inscription : 09 mai 2008, 05:39

Cinq clefs pour la parole correcte :
- dire au bon moment, prononcer en vérité, de façon affectueuse, bénéfique et dans un esprit de bonne volonté."
Répondre